eMouaten

Année 2019-2020: le ski alpin à la recherche de ses nouvelles stars

Rédigé le 18/12/2019
AFP


Paris - Lindsey Vonn, Marcel Hirscher et Aksel Lund Svindal... En un été, le clan des grandes stars du ski alpin a fondu comme neige au soleil, laissant un vide conséquent, qui ouvre la voie à l'avènement de nouvelles vedettes de l'hiver.

Sans aucun doute, c'est le départ à la retraite de Lindsey Vonn qui pèse le plus dans la balance. L'Américaine, âgée de 35 ans, était LA reine incontestée du ski, la seule (femmes et hommes confondus) dont la notoriété a dépassé le cadre de son sport grâce à son palmarès hors norme, ses couvertures de grands magazines et ses liaisons publiques avec le golfeur Tiger Woods puis le footballeur américain PK Subban.

Avec 4,4 millions de followers sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Instagram), Lindsey Vonn compte le double de l'audience cumulée des 20 meilleurs skieurs et skieuses (10 hommes, 10 femmes) actuels...

Pour reprendre son flambeau, une évidence: sa compatriote Mikaela Shiffrin. La triple tenante du gros globe écrase le circuit, gagne dans toutes les disciplines et semble en route pour battre tous les records du ski alpin, notamment les 86 victoires en Coupe du monde du Suédois Ingemar Stenmark sur lequel Vonn s'est cassé les dents (82 victoires). A seulement 24 ans, Shiffrin compte déjà 62 victoires et reste sur une saison 2018/2019 record, avec 17 succès.

Point de vue notoriété, la skieuse du Colorado s'attache aussi à suivre l'exemple de Vonn: très présente sur les réseaux sociaux (1,4 million de followers), elle multiplie les contrats d'image et les émissions de télévision avec, cet été, l'animation d'un programme jeunesse avec la nouvelle attraction du basket américain Zion Williamson. Assez pour devenir le visage du ski alpin?

"J'apprécie tout cela, mais j'ai l'impression que les médias en général ont obtenu tout ce qu'ils voulaient de moi, a-t-elle expliqué à USA Today. J'ai l'impression que les gens vont peut-être en avoir marre d'entendre parler de moi. Donc je ne sais pas vraiment s'il reste de la place pour +donner+ plus".

Pendant cette saison "blanche" (sans Jeux olympiques, ni Championnats du monde), le ski alpin doit se trouver de nouveaux visages pour conquérir un public à la présence très inégale tout au long de l'hiver.

"Des jeunes vont arriver et faire leur place, c'est un cycle, à un moment donné il fallait bien qu'ils arrêtent, relativise la championne du monde française Tessa Worley à propos des départs à la retraite de l'été. Il reste Mikaela (Shiffrin) pour un petit moment, ça ne me fait pas trop soucis."

Chez les hommes, l'arrêt de l'octuple tenant du titre autrichien du gros globe Marcel Hirscher, peu médiatique en dehors du monde du ski, a la vertu de relancer le suspense: les finales de Cortina d'Ampezzo (en Italie, un an avant d'accueillir les Mondiaux) devraient sacrer en mars 2020 un vainqueur inédit, étant donné que le seul lauréat toujours en activité, le Suisse Carlo Janka (en 2011), n'a plus de résultats probants depuis de longues années.

En première ligne pour la succession d'Hirscher se tiennent les deux ex-victimes favorites de l'Autrichien qui partagent son profil de technicien (slalom et géant): le Français Alexis Pinturault (deux victoires mais deux désillusions en slalom et en géant pour l'instant) et le Norvégien Henrik Kristoffersen (deux podiums dont une victoire).

"Oui de grands noms sont partis cet été, mais les grands noms se forgent avec les années et avec les résultats, analyse le Français, âgé de 28 ans. Il en reste sur le circuit qui font déjà partie des meilleurs malgré leur jeune âge. L'attractivité ne va pas changer, sauf peut-être pour les Autrichiens à qui il manque leur meilleur athlète" depuis le départ d'Hirscher.

"Moi je peux prendre plus de lumière, mais il me faut les résultats, les deux vont ensemble, souligne-t-il. Il faudra d'abord skier vite.